Le numérique et ses outils, définitivement entrés dans les moeurs de nos dirigeants

imagen blog meta4

Un PC portable, un ou deux smartphones, une tablette  A en croire l’étude IDC/Syntec numérique/Top Management examinant l’équipement et l’attitude de 130 dirigeants français à l’égard des outils numériques, quatre fois sur dix, ceux-ci se disent tout à fait à l’aise avec ces outils. Ils en ont en moyenne plus de 3 par personne (3,7). Tous (ou presque) disposent d’un smartphone (91%) et d’un PC portable (94%) et 63% ont déjà adopté la tablette. Les plus mordus fréquentent régulièrement les réseaux sociaux et ont recours aux outils d’aide à la décision.

L’appropriation de ces outils par la classe dirigeante est donc acquise. Et d’après cette enquête, la prise de conscience des enjeux stratégiques liés aux systèmes d’information de l’entreprise a elle aussi nettement progressé. Il reste cependant près d’une moitié des dirigeants pour trouver que l’informatique leur échappe, que le numérique est un domaine trop complexe, mal maîtrisé, trop coûteux (54%) et trop rigide (50%).

Pour autant, concernant l’appropriation des outils, les DRH n’échappent sûrement pas à la règle. Et comme leurs collègues DSI (responsables des systèmes d’information), au sujet desquels l’enquête IDC/Syntec numérique constate qu’ils ont de plus en plus fréquemment leur place au Comité exécutif, il est logique que les DRH aient la voix au chapitre à cet égard. Et pas seulement quand il s’agit de leurs propres outils (c.à.d. SIRH). Mais aussi au sujet des extensions de ceux-ci ou, bien sûr, de leur équipement personnel. Et, plus généralement, au sujet de la stratégie numérique de l’entreprise (apport de l’informatique et des outils de communication sur le fonctionnement de l’entreprise) qui, à coup sûr, rejaillit sur ce qui est du ressort de la RH.

Selon cette étude, les grandes et moyennes entreprises prennent progressivement le pli d’un mode de gouvernance collégiale de cette stratégie numérique, associant la DSI, les directions métiers et les directions fonctionnelles (achat et RH, notamment). Mais la communication reste encore insuffisamment fluide. Un manque de maturité, là encore ?

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML tags are not allowed.