Face aux besoins d’information de pilotage : « back to basics »

imagen blog meta4

Les managers se plaignent bien souvent de crouler sous une masse d’information. Voilà un sujet sur lequel se rejoignent aussi bien les dirigeants, les DRH mais aussi les salariés, tant ils ont l’impression que le pilotage de l’entreprise ne peut qu’en pâtir. 
Les données du problème ? En simplifiant à l’extrême, il y a d’abord et surtout le fait que la quantité (de l’information) masque la qualité. Une question qui, relève traditionnellement du domaine de l’informatique décisionnelle (Business Intelligence) mais qui reste abordée trop souvent sous l’angle essentiellement quantitatif (tri). Du fait de la complexité des organisations, l’information de pilotage se confronte à des goulots d’étranglement, des détours, voire des impasses. Il en résulte notamment pour les managers un sentiment permanent d’urgence et d’information surabondante parmi laquelle on n’arrive plus à cerner les priorités.

De plus, même à l’heure des réseaux sociaux et de l’interactivité instantanée triomphante (web 2.0) les moyens d’échange d’information managériale restent traditionnels (tableaux de bord, rapports écrits, réunions) et profitent trop peu encore des outils collaboratifs. Il en résulte pour les managers, une dépense en temps (2,5 heures en moyenne par semaine passées sur le reporting). Dépense insidieuse, car moins visible que le temps passé en réunion de pilotage. Et au total, c’est souvent plus d’une journée par semaine qui dépend directement de la disponibilité d’une information de pilotage pertinente. Pire : face à cette situation, les managers semblent se résigner. Ou contournent la difficulté par des astuces qui leur sont propres, mais trop artisanales pour être fiables.

Trois principes, sont à (re)-mettre en exergue : promouvoir un langage commun de reporting ; rationaliser la circulation de l’information ; éliminer les taches sans valeur ajoutée. Trois principes de bon sens qui concernent tout autant les managers et gestionnaires de la fonction RH, n’est-ce pas ?

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML tags are not allowed.