Baromètre RH 2011-2012 : priorité à l’accompagnement de la réorganisation de l’entreprise

imagen blog meta4

Après la rigueur, encore la rigueur. L’an dernier, selon le baromètre européen de CSC publié en décembre 2010, la priorité des DRH allait à la maîtrise des coûts opérationnels (voir ici). Au programme  de 2011 figuraient principalement l’efficacité de la gestion des compétences et l’évolution du rôle des managers de proximité. Logique ! Après le gel des recrutements voire la réduction d’effectifs en vigueur depuis 2008, il fallait resserrer les liens. D’autant plus que la conjoncture économique tend à exacerber la dégradation du climat social et à creuser l’écart entre la fonction RH et les salariés. L’enquête du cabinet de conseil CSC remarquait cependant qu’aux yeux des DRH, l’évolution du SIRH vers plus d’interactivité constitue une avancée des plus prometteuses pour faire face à l’obligation de faire mieux avec moins.

Pour 2011-2012, le baromètre RH de CSC (enquête menée auprès de 80 DRH de grandes entreprises de huit pays européens) montre qu’en effet, une majorité des entreprises a réduit la voilure.  Avec réduction d’effectifs (dans six cas sur dix), ralentissement ou gel du recrutement (deux-tiers des cas), gel des salaires (un tiers des cas) et réduction du budget formation (un tiers des cas). Plus caractéristique encore de la manière dont les entreprises ressentent et vivent la conjoncture actuelle, ces restrictions vont de pair avec une ambiance de réorganisation permanente.

De fait, les évolutions de l’organisation, plus ou moins radicales, plus ou moins amples, pèse sur les priorités affichées par les responsables RH. En large majorité (8 fois sur dix), le premier objectif de la fonction RH est d’accompagner les transformations de l’organisation. Loin devant la réduction des coûts (un tiers des réponses), les responsables RH constatent que leur direction générale attend d’eux qu’ils veillent à l’efficacité et la qualité du management de proximité (trois réponses sur quatre) et au maintien d’un bon climat social. La gestion des compétences reste un thème majeur, moins pour répondre au souci d’ « attirer et retenir les talents » (priorité des priorités de 2010-2011), mais plutôt sous cet angle d’efficacité du management de terrain.

 

Au programme de 2012 figure également la reconnaissance de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE), thème de travail mis en exergue par deux tiers des employeurs représentés dans cette enquête. L’an dernier déjà, plus de la moitié des DRH de ce panel de grandes ou moyennes entreprises  (plus de 1000 salariés) évoquait la RSE « comme un pré-requis exigé tant par les investisseurs que par les salariés ». Ré-organisation, responsabilité sociale: à coup sûr, 2012 s’annonce pleine d’exigences, voire de révision ou de refonte des politiques RH. « Un temps d’opportunités » comme le résume la synthèse de CSC (à voir et télécharger ici), avec un grand point d’interrogation.

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML tags are not allowed.