La formation, facteur de motivation : les salariés en redemandent

imagen blog meta4

Deux salariés français sur trois sont (re)passés par la case formation durant les cinq dernières années. Mais l’accès à la formation reste inégal: plus ouvert aux salariés des grandes entreprises, aux plus qualifiés, plutôt moins favorable aux jeunes et aux seniors qu’aux 25-40 ans. Tel est le constat de la vaste enquête (4400 salariés et 400 chômeurs interrogés) organisé par l’Afpa (Association pour la formation professionnelle des adultes) en avril-mai 2011 (enquête Ipsos-Logica, voir les résultats ici).

Autre constat (logique) de l’enquête, la corrélation entre formation et motivation. Voire regain de confiance du salarié à l’égard de son entreprise. Les salariés disent comprendre la nécessité du changement au sein de leur entreprise. Ou, pour certains, le bien-fondé de la mobilité d’une entreprise à une autre. Mais est-ce réciproque ? Aux yeux des salariés, les employeurs ne sont pas tous prêts à payer le prix de cette nécessité. Et ceux qui négligent les besoins de formation sont aussi ceux qui suscitent une certaine défiance. Ceux, aussi, dont les salariés pensent que la situation de leur entreprise a tous les risques de se dégrader.

L’enquête de l’Afpa met aussi implicitement en évidence une discrimination par l’âge. Néfaste -selon l’Afpa- tant pour le salarié que pour l’entreprise. Passé 40 ans, il devient aussi difficile d’accéder à une formation que de changer d’entreprise. D’où un certain effet boomerang. Plus on est ancien dans l’entreprise, moins on est formé, moins on a des chances de pouvoir bouger ou d’évoluer à son poste, et plus la marche de l’entreprise risque d’en pâtir ;

S’y ajoute le constat récurrent du déficit d’information des salariés. On le disait déjà au sujet du droit individuel à la formation (voir notre billet précédent sur « le DIF, ce méconnu (2ème partie: le point de vue des salariés »). A ce propos, il est intéressant de noter, selon l’étude Afpa, que pour s’informer et discuter des possibilités de se former, les salariés se tournent de préférence vers leurs responsables directs (à56%), plutôt que vers les services des ressources humaines (20%) ou vers d’autres managers de leur entreprise (10%) ou encore vers leurs branches professionnelles (et gestionnaires de fonds de formation, OPCA) (8%). D’où l’encouragement de l’Afpa à jouer pleinement cette carte du management de proximité. Déjà, une majorité des salariés interrogés reconnaît que leurs responsables hiérarchiques directs y sont attentifs et qu’ils sont régulièrement incités à suivre des formations. Du mieux dans l’air, donc, mais peut encore mieux faire.

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

2 comments on “La formation, facteur de motivation : les salariés en redemandent

  1. bcallens   said:

    Bonjour,

    Affirmer que les salariés “redemandent” de la formation laisse un peu perplexe lorsque l’on sait que le nombre d’heures DIF non utilisées dépasse, de manière globale, aujourd’hui le milliard et que bon nombre de salariés vont d’ores et déjà voir leur compteur se geler car leur crédit maximum est atteint faute d’utilisation en tout ou partie (120 heures pour la plupart).

    Au passage je signale ce forum de discussion sur le DIF où se rencontrent les meilleurs spécialistes de la question à la fois pour pour débattre et répondre aux diverses questions posées par les uns et les autres(notamment Didier Cozin, Jean-Pierre Willems et moi-même): http://www.le-dif-en-questions.fr

    Il est urgent maintenant de communiquer plus amplement sur ce dispositif né en 2004 (du moins dans la loi) ; j’ai pu constater que vous y contribuez ce dont je vous félicite.

    Cordialement

    Bruno Callens

    Docteur en Droit

  2. Carole Lavoie   said:

    Je suis gestionnaire aux RH. Je tenais à apporter un complément à cet article. J’ai récemment suivi une conférence ayant comme sujet «La performance par la plaisir» par le conférencier Jean-Luc Tremblay. Ce fut très pertinent et convainquant. Naturellement, pour y arriver, il ne font pas sous estimer l’influence du leadership des cadres ou de la direction dans une organisation. Merci

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML tags are not allowed.