Emploi: Prévenir la pénurie de cadres? Ou réparer les dégâts de la crise?

imagen blog meta4

A peine le marché de l’emploi est-il reparti à la hausse que voici revenir dans les discours le spectre de la pénurie de cadres. Le «papy boom» (départ en retraite des générations d’après-guerre) a bon dos. Plus pertinent: certains invoquent le gel des recrutements des dernières années. Qui, en toute logique, préfigure un creux dans la pyramide des âges et des expériences.

Pour le cabinet Robert Walters, par exemple, il s’agit maintenant d’anticiper une pénurie des profils disposant de quatre à huit ans d’expérience; une pénurie qui devrait se préciser dans les trois prochaines années». Et de prévenir : «Si rien n’est fait aujourd’hui, les entreprises vont devoir combler des besoins significatifs sur cette catégorie de profils. Les politiques de rétention des talents mis en place dans certains groupes ne suffiront pas à terme».

S’y ajoute, selon ce groupe implanté dans 21 pays (en France, à Paris et Lyon), une tension venant de l’international. Et plus particulièrement du marché asiatique déjà en pénurie de profils expérimentés (10-15 ans d’expérience). Cette tension s’exerce plutôt sur le marché de l’emploi anglophone (Amérique du nord et Royaume-Uni). Mais pourrait bien s’étendre à l’Europe continentale. Charité bien ordonnée: le cabinet Robert Walters prévoit d’ici à 2013 un doublement de ses effectifs de recruteurs en France. Des consultants embauchés selon une approche de spécialistes experts, càd des professionnels, pas forcément déjà rompus au métier de recruteur, mais disposant d’une expérience significative, de 3 à 5 ans, dans le métier pour lequel ils recruteront.

Face au regain de tension sur le marché du recrutement, chacun voit midi à sa porte. Pour le cabinet Fed Finance, la relance de l’embauche dans ce secteur est avérée depuis 2010 (+30% de placements par rapport à 2009) et l’accélération est particulièrement nette pour des profils alliant finance, chiffres et informatique. « A noter, par ailleurs, que les frontières tombent et que la recherche de candidats à travers toute l’Europe augmente considérablement. La pratique de la langue française, ajoutée à celle de l’anglais, représente une véritable valeur ajoutée pour les professionnels ».

Pour les cabinets plus généralistes, comme Hays Recrutement, «quasiment tous les secteurs repartent à la hausse, que la reprise soit douce ou plus probante. Les recruteurs sont plus optimistes et les candidats moins frileux». Pour Mercuri Urval, de même, si tous sont demandeurs, certains le sont plus que d’autres. A savoir: les secteurs de l’environnement et de l’énergie, de l’économie sociale, de la santé, du conseil et de l’audit, dont la progression enregistrée en 2010 est partie pour se poursuivre en 2011. Et dans une moindre mesure, les secteurs du commerce, de la distribution, du high-tech et des télécoms, de l’automobile, de la banque et de l’assurance. En grande consommation, grandes et petites structures ont repris leur développement à l’international, ouvrant des perspectives pour des Country Managers et pour les fonctions support: Finances, RH et Systèmes d’information. Dans la distribution, les Chefs de produits restent très demandés car ils innovent et valorisent les gammes de produits, de même que les directeurs de réseaux et les responsables de points de vente.

La fonction RH n’est pas en reste. Avec des projets à relancer. C’est le parti pris par le cabinet Robert Half Management, notamment, qui prône, dans ce contexte, le management de transition. «Après deux années particulièrement complexes pour les services RH, 2011 se place sous le signe des projets positifs», plaide la direction de ce cabinet. Pour les projets moteurs que sont, par exemple, la mise en place de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), l’anticipation de la mobilité interne (en France, en Europe et dans le monde), l’harmonisation des rémunérations, la refonte de leur système d’information (SIRH) ou l’emploi des seniors, les DRH peuvent avoir recours à des managers de la transition pour les aider à mener à bien leurs projets. Même constat pour les services Juridique, Achats, Administration des Ventes et Qualité qui, selon Robert Half Management, se tournent maintenant vers cette solution de renfort ponctuel avec des managers de transition.

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML tags are not allowed.