Métiers et qualifications: l’Europe consulte pour faciliter la reconnaissance d’un pays à l’autre

imagen blog meta4

Fluidifier le marché de l’emploi européen. Faciliter aux employeurs et aux employés l’implantation dans d’autres pays de l’Union européenne. Telles sont les motivations de la concertation lancée par la Commission au sujet de la reconnaissance des qualifications professionnelles. Avec au final, potentiellement, la création d’une carte professionnelle européenne.

La directive qui a cours jusqu’à présent, concernant quelques 800 professions et les qualifications professionnelles requises, date de septembre 2005. Elle a connu depuis une demie-douzaine de consolidations (voir les textes ici). La mise à jour programmée par la Commission vise à simplifier la situation, ne serait-ce que pour que cette directive soit réellement appliquée. A part les professionnels de santé et les architectes qui bénéficient d’une légitimation automatique des qualifications du fait des formations qui y mènent, pour la plupart des métiers, cette reconnaissance n’est pas un fait acquis. Depuis 2005, des outils existent, prévus par la directive, pour harmoniser les exigences de qualification pour tel ou tel métier, mais ils ne sont guère utilisés.

Face à ce constat, une consultation publique est ouverte auprès des parties prenantes jusqu’au 15 mars. Un groupe de pilotage de 32 experts de divers secteurs professionnels et de dix états membres de  l’Union planchera sur la possibilité d’attribuer à tous les européens en âge de travailler une carte professionnelle.

De quoi permettre, à ceux qui souhaitent travailler à l’étranger, de justifier non seulement leurs diplômes et les compétences professionnelles associées, mais aussi les compétences acquises lors des parcours professionnels. La consultation devrait couvrir de plus les questions relatives à la sécurisation des processus de reconnaissance et d’équivalence (parade aux possibles infractions, fraudes, falsifications de documents, etc), ou concernant les compétences linguistiques requises. Une problèmatique bien européenne!

Une audition publique des experts est prévue le 21 février, et le rapport d’évaluation et un livre vert seront publiés à l’automne 2011, en vue d’une proposition de modernisation de la directive en question dès 2012. Pour connaître le détail de ce dispositif de consultation voir ici (en français) sur le site de la Commission (le pourquoi et le comment, en anglais, ici).

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

HTML tags are not allowed.